Le 7 février 2016, le Parlement algérien a approuvé un projet de révision constitutionnelle (499 en faveur, 2 contre et 16 abstentions).

La nouvelle constitution prévoit le rétablissement de la limitation à deux du nombre de mandats présidentiels, supprimé en 2008 par l’actuel Président Abdelaziz Bouteflika afin de lui permettre de se représenter. La langue berbère (le Tamazigh) est par ailleurs reconnue comme langue officielle.

Voir les articles plus détaillés sur le sujet: Al Jazeera Le Figaro France 24